Actualités

1 juillet 2002 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Le directeur du Canard déchaîné condamné à huit mois de prison ferme


Abdoulaye Tiémogo, le directeur de publication de l'hebdomadaire satirique Le Canard déchaîné, a été condamné à une peine de huit mois de prison ferme pour "diffamation et injures". Il avait été arrêté le 18 juin 2002 suite à une plainte du Premier ministre, Hama Amadou, pour "diffamation". Reporters sans frontières a exhorté le chef du gouvernement à retirer sa plainte afin que le journaliste soit libéré immédiatement. L'organisation s'est déclarée choquée par la sévérité du verdict. "Sans se prononcer sur le fond de l'affaire, Reporters sans frontières tient à rappeler qu'une condamnation à une peine de prison ferme pour "diffamation", est une violation grave des droits de l'homme", a déclaré Robert Ménard, secrétaire général de l'organisation. Le jugement en appel est prévu le 5 juillet. Depuis octobre 2001, Abdoulaye Tiémogo a été arrêté trois fois et a passé presque deux mois derrière les barreaux. A chaque fois, un membre du gouvernement était à l'origine des poursuites. Le 28 juin 2002, d'après les informations recueillies par Reporters sans frontières, Abdoulaye Tiémogo a été condamné à une peine de huit mois de prison ferme et à 50 000 francs CFA (plus de 75 euros) d'amende. Il doit également verser un million de francs CFA (plus de 1 500 euros) de dommage et intérêts au Premier ministre, et publier à ses frais un démenti des articles incriminés dans l'ensemble de la presse nigérienne. Hama Amadou avait porté plainte contre Abdoulaye Tiémogo, après la publication de trois articles très critiques publiés dans la dernière édition du Canard déchaîné. Le journaliste accusait notamment Hama Amadou de vouloir corrompre le président de l'Assemblée nationale pour conserver son fauteuil de Premier ministre. Abdoulaye Tiémogo avait été placé en garde à vue le 18 juin en fin d'après-midi, par la police judiciaire de Niamey. Il avait été transféré le 28 juin à la prison civile de Niamey. Il y a un peu plus d'un mois Abdoulaye Tiémogo, avait été incarcéré pendant deux semaines, avant d'être relaxé, suite à une plainte de Hama Amadou. Il avait été placé en garde à vue le 17 mai, une semaine après avoir animé un débat sur la station privée Tambara FM, au cours duquel Sanoussi Jackou, président d'une petite formation d'opposition, le Parti nigérien pour l'autogestion (PNA), avait accusé le Premier ministre d'exercer une discrimination ethnique et régionaliste dans la nomination des hauts fonctionnaires de l'État. Le 19 octobre 2001, Abdoulaye Tiémogo, avait été condamné à six mois de prison pour "diffamation" par le tribunal de première instance de Niamey. Le ministre de l'Agriculture, Wassalké Boukari, avait porté plainte contre le Canard Déchaîné suite à la parution d'un article affirmant que le ministre avait détourné 200 millions de francs CFA (environ 305 000 euros) d'une zone aurifère dans l'ouest du pays. A l'ouverture du procès en appel, le 7 décembre 2001, le ministre avait retiré sa plainte, et le journaliste avait été libéré.