Actualités

29 mars 2016 - Mis à jour le 11 avril 2016

Le directeur de campagne de Donald Trump inculpé pour coups et blessures sur une journaliste

Corey Lewandowski, directeur de campagne de Donald Trump, a été inculpé ce matin pour coups et blessures après un incident survenu avec la journaliste Michelle Fields en Floride au début du mois. Reporters sans frontières (RSF) réitère ses inquiétudes face au traitement des médias pendant l’élection présidentielle américaine.

Donald Trump n’en est pas à sa première manifestation de mépris à l’égard de la liberté de la presse. Précédemment, il avait limité l'accès des médias à ses rassemblements politiques, insulté et intimidé les journalistes qui le critiquaient, et avait refusé de participer à un débat sur FoxNews parce que la journaliste animatrice ne lui convenait pas.

Reporters sans frontières (RSF) appelle tous les candidats à l’élection présidentielle américaine à respecter la liberté de la presse et à mettre fin à tout comportement agressif à l’égard des journalistes pendant des rassemblements de campagne. “Nous condamnons ce comportement agressif de la part du manager de la campagne de Donald Trump,” a déclaré Delphine Halgand, directrice de Reporters sans frontières aux États-Unis.

Corey Lewandowski, manager de la campagne présidentielle du candidat républican Donald Trump, a été inculpé pour coups et blessures après une altercation avec la journaliste Michelle Fields survenu en Floride le 8 mars 2016. Il s’est livré aux autorités en Floride ce matin. Selon le rapport de police, il aurait “saisi le bras gauche de [la journaliste] [Michelle] Fields avec sa main droite, causant [Michelle] à tourner et se reculer.” Michelle Fields, une journaliste qui travaillait au moment des faits pour la publication conservatrice Breitbart, avait partagé des images sur internet de son bras contusionné que Corey Lewandowski lui aurait violemment saisi. Elle avait dit que “les managers de campagne ne devraient pas pousser les journalistes par terre de force, peu importe les circonstances.”

Les actions de Donald Trump marquent une tendance alarmante d’entraves à la liberté de la presse aux États-Unis. Depuis 2013, le positionnement des États-Unis dans le classement mondial de RSF a chuté de 14 places. Le pays est désormais classé 49ème sur 180.