Actualités

29 août 2007 - Mis à jour le 20 janvier 2016

La vie d'Iqbal Athas en danger après ses enquêtes sur l'achat de Mig ukrainiens


Reporters sans frontières est extrêmement préoccupée pour la sécurité du célèbre journaliste d'investigation Iqbal Athas et de ses collègues du Sunday Times. Certains officiers de l'armée cherchent à les faire taire ou à les éliminer physiquement après les révélations fracassantes sur l'achat d'avions MIG-27 à l'Ukraine. Dans un email adressé à Reporters sans frontières, Iqbal Athas affirme craindre pour sa vie et se cache de peur d'être visé par une attaque. "Le président Mahinda Rajapaksa et son frère, Gotabhaya Rajapaksa, seront tenus personnellement responsables par la communauté journalistique de tout ce qui pourrait arriver à Iqbal Athas et à ses collègues du groupe de presse qui publie le Sunday Times et Lankadeepa. Victime à plusieurs reprises d'attaques et de menaces de mort, le célèbre spécialiste des affaires de défense est de nouveau la cible de membres du gouvernement et de l'armée. Le chef de l'Etat doit ordonner que la sécurité accordée à Iqbal Athas soit restaurée au plus vite et qu'une enquête soit menée pour identifier les auteurs des récentes menaces contre le journaliste et plusieurs de ses collègues", a déclaré l'organisation. "Nous demandons aux ambassades européennes et américaines de déployer tous leurs efforts pour protéger Iqbal Athas. Le fait que le journaliste a déjà arrêté de publier sa colonne sur les problèmes de défense est un recul pour la liberté de la presse au Sri Lanka", a ajouté Reporters sans frontières. Le 27 août 2007, des supporters du gouvernement ont manifesté devant le domicile d'Iqbal Athas à Colombo. Se réclamant de la "People's organization to safeguard true journalism", auparavant inconnue, une cinquantaine de personnes portaient des pancartes hostiles à celui-ci. Un reportage de la chaîne News 1st a démontré que la majorité des manifestants ne connaissaient même pas le nom du journaliste, le prononçant "Athaus" ou "Arthal". Manifestement organisée par les autorités, cette parodie de manifestation qui met gravement en danger Iqbal Athas, a été condamnée par les organisations de journalistes sri lankais. Dans la soirée du 27 août, un homme se présentant comme un officier de l'armée de l'air est entré dans les locaux du groupe de presse qui publie le Sunday Times et Lankadeepa. Selon plusieurs témoignages recueillis par Reporters sans frontières, l'inconnu a menacé de mort le journaliste W. G. Gunaratne qui traduit les articles d'Iqbal Athas en cingalais pour le journal Lankadeepa. Visiblement effrayé, W. G. Gunaratne a refusé de confirmer les menaces et il a même demandé à plusieurs quotidiens de publier un démenti dans l'édition de demain. "Il n'osait même pas nous regarder", a confié un journaliste de la rédaction. Dans la nuit du 18 août, la police avait, sans avertissement préalable, retiré sa protection permanente au domicile d'Iqbal Athas à Colombo qui était en place depuis 1998. Le 15 août, les policiers des forces spéciales qui le protégeaient dans ses déplacements avaient été retirés par le ministère de la Défense. Depuis 1998, Iqbal Athas bénéficiait d'une protection par les forces de sécurité. Les 12 et 19 août, des enquêtes d'Iqbal Athas révélaient que le gouvernement ukrainien avait lancé une enquête suite à la vente d'avions de combat MIG-27 au Sri Lanka dans des conditions extrêmement troubles. Ainsi, le destinataire des paiements sri lankais était une société inconnue basée à Londres qui n'a aucune existence matérielle. Ces révélations confirmaient la première enquête d'Iqbal Athas, publiée en décembre 2006 sur l'achat très controversée d'avions d'occasion par le Sri Lanka pour un coût exorbitant. En plus de son poste de consultant éditorial du Sunday Times, Iqbal Athas collabore avec Jane's Defence Weekly et la chaîne CNN. Il a reçu le prix du CPJ en 1994.