Actualités

29 janvier 2014 - Mis à jour le 20 janvier 2016

La trace d’un photographe espagnol de 34 ans se perd dans le département à haut risque de La Guajira


Reporters sans frontières appelle les autorités et notamment le groupe Gaula – spécialisé dans la lutte contre les enlèvements et l’extorsion – à déployer tous les efforts nécessaires pour localiser Borja Lázaro, porté disparu à Cabo de la Vela dans le département de La Guajira (nord-est frontalier du Venezuela). Citoyen espagnol originaire de Vitoria au Pays Basque, le photographe de 34 ans n’a plus donné signe de vie depuis le 8 janvier 2014. Il avait communiqué pour la dernière fois avec sa famille six jours plus tôt. Indépendant, il était en train de consacrer une série de reportages aux cultures indigènes. “Sans préjuger des hypothèses avancées par les enquêteurs colombiens et espagnols, nous estimons que la piste d’un enlèvement doit être prise très au sérieux. La Guajira est une importante zone de trafic, où sévissent les redoutables ‘Bacrim’, bandes criminelles à l’origine issue de la mouvance paramilitaire. Ces groupes armés opèrent avec l’appui voire la complicité de certaines autorités locales. Aujourd’hui sous les verrous, l’ancien gouverneur de La Guajira Juan Francisco ‘Kiko’ Gómez s’est distingué par ses liens étroits avec les Bacrim, usant de leur intermédiaire contre des journalistes jugés embarrassants”, rappelle Reporters sans frontières. “Même si les conditions dans lesquelles a disparu Borja Lázaro restent à établir, un tel contexte doit susciter une réelle mobilisation en sa faveur. Un couple d’espagnols a été enlevé et détenu pendant un mois, en 2013, par les Bacrim dans la même région, avant d’être relâché. Nous espérons, dans tous les cas, que Borja Lázaro réapparaîtra bientôt sain et sauf”, ajoute l’organisation. Les autorités des deux pays ont été saisies le 23 janvier de ce cas de disparition inquiétante. Les dépositions de plusieurs témoins ont permis d’établir qu’après une soirée passée avec un groupe de personnes, Borja Lázaro a regagné son hôtel vers une heure du matin, dans la nuit du 7 au 8 janvier. A cinq heures du matin, il ne se trouvait plus dans sa chambre. “L’une des hypothèses avancées est celle d’une noyade en mer, après s’être relevé. Mais je n’y crois guère. Son téléphone portable, son sac à dos et une lampe torche ont disparu. Or aucune de ses affaires n’a été retrouvée sur la plage et on voit mal comment il aurait pu partir sans”, a confié à Reporters sans frontières un proche du photographe. “Une autre hypothèse est qu’il se serait égaré dans la partie désertique de La Guajira.” Une source journalistique assure quant à elle à Reporters sans frontières que Borja Lázaro serait aux mains d'une Bacrim active dans le département de La Guajira.