Actualités

4 octobre 2018

La télévision publique cesse d’émettre en Ukraine : RSF dénonce “un grave recul démocratique”

Sous-financée par l’État, la télévision publique ukrainienne a cessé d’émettre. Reporters sans frontières (RSF) s’inquiète de la remise en cause d’un important acquis démocratique et appelle les autorités à y remédier sans délai.

Écran noir : la diffusion analogique de la chaîne de télévision publique ukrainienne UA:PERCHIY est interrompue depuis le 25 septembre 2018, à l’exception des zones proches de la Crimée et des territoires séparatistes. En cause, le sous-financement de la chaîne par l’État, qui a entraîné des dettes considérables envers le diffuseur national. Bien que la loi lui impose de consacrer 0,2% de son budget au financement de l'audiovisuel public, l’État n’a eu de cesse d’économiser sur ce poste, jusqu’à suspendre toute dotation depuis avril 2018. La chaîne reste pour l’heure accessible en ligne.


“L’arrêt de la diffusion de la télévision publique représente un grave recul : c’est un important acquis démocratique de ces dernières années qui est remis en cause, déplore le responsable du bureau Europe de l’Est et Asie centrale de RSF, Johann Bihr. A l’approche des élections générales de 2019, l’existence d’un audiovisuel public indépendant est essentielle au débat démocratique. Nous demandons aux autorités ukrainiennes de reprendre sans délai la diffusion d’UA:PERCHIY et d’assurer son financement, conformément à leurs obligations légales.”


Obtenue de haute lutte, la transformation de la radio-télévision d’État en un service public indépendant compte parmi les importantes avancées enregistrées en Ukraine depuis la révolution de 2014. Dotée d'un conseil de supervision indépendant, la compagnie nationale diffuse sept programmes d'investigation, dont l’émission “Skhemy”, spécialisée sur la corruption des hautes sphères. Cette réforme est d'autant plus importante que le paysage médiatique ukrainien reste dominé par quelques oligarques qui utilisent leurs chaînes pour promouvoir leurs intérêts économiques et politiques.


RSF avait déjà protesté en septembre 2017 contre les coupes budgétaires touchant l'audiovisuel public. L’Ukraine occupe la 101e place au Classement mondial 2018 de la liberté de la presse, établi par l’organisation.