Actualités

13 novembre 2006 - Mis à jour le 20 janvier 2016

La police refuse un programme de protection à un journaliste menacé de mort


Un reporter du journal de l'Irlande du Nord, Sunday World, s'est vu refuser un programme de protection après avoir reçu plusieurs menaces de mort. Il travaille pour le même journal que Martin O'Hagan, assassiné en septembre 2001 par un groupe militaire loyaliste, crime qui n'a toujours pas été élucidé. “Reporters sans frontières rejoint les organisations Index on Censorship et Article 19 dans leur condamnation de cette décision. L'assassinat de Martin O'Hagan a rappelé que les journalistes d'investigation en Irlande du Nord risquent leur vie. Plusieurs médias, dont le Sunday World, travaillent constamment sous la menace des groupes paramilitaires, ce qui les oblige à avoir recours à l'autocensure. Nous demandons au gouvernement britannique de ne pas prendre les menaces contre le reporter du Sunday World à la légère et de lui accorder la protection nécessaire”, a déclaré l'organisation de défense de la liberté de la presse. Préoccupé par sa sécurité, le Sunday World ne veut pas citer le nom du reporter menacé qui avait souvent enquêté sur les activités des groupes paramilitaires en Irlande du Nord. Après avoir reçu une troisième menace de mort en août dernier, le reporter en a informé la police. Elle lui a conseillé de prendre plus de précautions de sécurité et de demander de l'aide dans le cadre du Programme gouvernemental de protection des personnes clés. Début novembre, Paul Goggins, ministre de la Sécurité pour l'Irlande du Nord, a admis que la menace portée au journaliste était substantielle, mais a refusé d'inclure celui-ci dans le programme de protection, expliquant : “Votre métier ne fait pas partie des métiers normalement couverts par le programme, et vous ne remplissez donc pas les exigences posées par le critère. J'ai également conclu que vous ne jouiez pas un rôle public d'envergure contribuant aux objectifs du programme.” Ce refus a été critiqué par plusieurs organisations de défense de la liberté de la presse qui craignent que les professionnels de la presse en Irlande du Nord ne subissent le même sort qu'Anna Politkovskaïa, journaliste d'investigation russe assassinée le 7 octobre dernier.