Actualités

30 décembre 2014 - Mis à jour le 20 janvier 2016

La police de la République serbe de Bosnie viole le secret des sources du site d’information Klix.ba


Des agents de l’unité anti-corruption de la police de la République serbe de Bosnie (Republika Srpska), assistés par la police locale, ont perquisitionné les locaux du site d’information Klix.ba le lundi 29 décembre à Sarajevo. Une attaque contre le secret des sources jugée intolérable par Reporters sans frontières.
Le portail d’information Klix.ba a mis en ligne à la mi-novembre 2014 un enregistrement dans lequel une femme, identifiée comme la Première Ministre de la République serbe de Bosnie, Željka Cvijanović, reconnaissait avoir acheté des voix pendant les élections. Les médias locaux ont rapporté que la police, à la recherche de la provenance de cet enregistrement, avait, au cours de la perquisition, copié des données des ordinateurs de la salle de presse de Klix.ba et confisqué du matériel et des documents journalistiques. Selon le Courrier des Balkans, deux photographes du site d’information ont été frappés par un policier pendant la perquisition. Le rédacteur en chef Jasmin Hadžiahmetović, les directeurs Dario Šimić et Mario Šimić, ainsi que la journaliste Edita Gorjanac ont été interrogés par des policiers alors que le reste de la rédaction a dû quitter les locaux. Ces derniers jours, la police avait déjà interrogé plusieurs journalistes du site au sujet de cet enregistrement. “Cette perquisition est une violation grave des sources journalistiques, qui met en danger le journalisme d’investigation, déclare Lucie Morillon, directrice des programmes de Reporters sans frontières. Cela est d’autant plus intolérable que la Bosnie-Herzégovine est membre du Conseil de l’Europe. La Cour Européenne des Droits de l’Homme a rappelé à maintes reprises que la protection des sources journalistiques était une des pierres angulaires de la liberté de la presse.” Dunja Mijatović, la représentante de l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE) pour la liberté des médias, a déploréune atteinte grave et disproportionnée au droit des journalistes à couvrir des sujets d’intérêt public”. La Bosnie-Herzégovine figure à la 66ème place sur 180 dans le Classement mondial de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières pour 2014.