Actualités

16 février 2004 - Mis à jour le 20 janvier 2016

La licence de la télévision privée ABC annulée


Le ministère de l'Information et de la Communication a annulé la licence accordée en 1995 au groupe audiovisuel privé Asian Broadcasting Corporation (ABC) pour lancer une télévision hertzienne. ABC comptait inaugurer cette chaîne dans les prochaines semaines. Reporters sans frontières déplore cette décision du ministre de l'Information et de la Communication, Lakshman Kadirgamar. Elle augure mal de l'attitude du parti de la présidente Chandrika Kumaratunga vis-à-vis des médias privés lors de la campagne électorale qui débute les prochains jours. Reporters sans frontières a adressé une lettre au ministre pour lui demander de revenir sur cette mesure et permettre à ABC de lancer sa chaîne de télévision. La présidente utilise déjà les médias publics en faveur de son parti. Cette décision contredit en effet les déclarations de Lakshman Kadirgamar après sa nomination au poste de ministre par Chandrika Kumaratunga. Le 9 février dernier, il avait déclaré à la presse : "Les médias privés appartiennent à leurs propriétaires qui peuvent en faire ce qu'ils veulent." Le 16 février 2004, la direction du groupe audiovisuel privé Asian Broadcasting Corporation (ABC) a été informée par le ministère de l'Information et de la Communication de l'annulation de sa licence d'exploitation pour une chaîne de télévision hertzienne. Des responsables du groupe ont déclaré à Reporters sans frontières que cette décision était "politiquement motivée". Les avocats d'ABC ont déposé le même jour une requête devant la cour d'appel de Colombo. Les juges ont convoqué le ministre de l'Information et le directeur général de la Commission de régulation des télécommunications pour une audience le 1er mars 2004. La cour a également décidé que la licence et la fréquence d'ABC ne pourraient, le temps de la procédure judiciaire, être accordées à aucune autre partie. L'un des avocats d'ABC, Kanageshwaran, a déclaré que cette interdiction était "illégale". Le groupe ABC dirige cinq radios FM diffusées dans les trois langues du pays : Hiru et Sha en cingalais, Sooriyan en tamoul, Sun et Gold en anglais. Il existe actuellement au Sri Lanka, en plus de la télévision publique, trois chaînes privées hertziennes et une câblée. Au cours des élections générales de 2004, les chaînes de télévision privées avaient soutenu le parti du premier ministre Ranil Wickremesinghe. Le 4 novembre 2003, la présidente Chandrika Kumaratunga a repris par la force le contrôle des médias publics.