Actualités

6 janvier 2014 - Mis à jour le 20 janvier 2016

“La Gendarmerie doit répondre de la violente détention d’un photographe”


Reporters sans frontières appelle solennellement le ministère de la Justice et des droits de l’homme à ouvrir une enquête auprès du commandement de la Gendarmerie nationale, après la détention assortie de menaces dont a été victime le photographe indépendant Brian Palacio, 25 ans, le 30 décembre 2013 à Buenos Aires. “Il n’est pas question de laisser perdurer les nombreux abus des forces de l’ordre commis au cours de l’année 2013. Trop souvent mise en cause pour ses méthodes, la Gendarmerie nationale doit rendre des comptes dans cette nouvelle affaire de mauvais traitements. Le ministère de la Justice doit envoyer au plus vite un signal contre l’impunité”, déclare l’organisation. Brian Palacio couvrait les manifestations suscitées par d’importantes coupures d’électricité dans la capitale et son agglomération, souvent propices à des actes de violence et vandalisme. Le jeune homme venait de photographier une arrestation lorsque des gendarmes l’ont obligé à monter dans un fourgon, avant de l’amener sur un terrain vague et le passer à tabac durant deux heures. Brian Palacio a confié à Reporters sans frontières que les fonctionnaires l’avaient menacé de représailles, incluant viol et torture, au cas où il porterait plainte contre eux. Son matériel ne lui a pas été restitué. Violences et persécutions demeurent hélas courantes contre des journalistes et des médias osant dénoncer des abus des forces de l’ordre. Il en va de même pour ceux qui défient certaines autorités locales. Dans la province de San Luis, Omar Reinoso, directeur de Radio Belgrano, subit depuis un mois les menaces de l’ancien sénateur Alberto Leyes et du fils de celui-ci, Fernando Leyes. Les 22 et 25 décembre dernier, Radio Belgrano a été cambriolée et dépouillée de son équipement de transmission ainsi que de nombreux documents. La radio avait déjà été la cible d’un incendie criminel en août 2012. Photo: Clarín