Actualités

22 août 2013 - Mis à jour le 20 janvier 2016

La dépouille d’un journaliste torturé trouvée à Karachi


Le 22 août 2013, la dépouille du journaliste baloutche Haji Abdul Razzak a été identifiée par sa famille. Porté disparu depuis le 24 mars dernier, son corps sans vie et mutilé avait été trouvé la veille à Karachi, la capitale économique du pays. “Nous demandons aux autorités pakistanaises de faire toute la lumière sur la disparition et l’assassinat de Haji Abdul Razzak, afin de déterminer la cause de cet acharnement, et les liens éventuels entre cet acte de barbarie atroce et les activités professionnelles du journaliste. Au Pakistan, les journalistes tribaux et baloutches font les frais d’intimidations, de violences et d’agressions répétées. Or, l’impunité dont bénéficient les meurtriers de journalistes ne fait qu’entretenir ce climat de terreur. Les autorités pakistanaises doivent immédiatement y mettre fin, en conduisant cette enquête à son terme ”, a déclaré Reporters sans frontières. Journaliste pour le quotidien en langue baloutche Tawar, Haji Adbul Razzak était également lié à un parti politique baloutche. L’enquête devra déterminer si l’un de ces deux activités ont constitué le mobile de ce crime odieux. La dépouille du journaliste a été trouvée aux cotés d’un autre corps sans vie. Contactée dès le 21 août, sa famille a mis 24 heures à l’identifier, tant son corps mutilé était rendu méconnaissable. Gravement défiguré, seuls ses jambes et ses bras ont permis son identification. Depuis le début de l’année 2013, quatre journalistes ont été tués au Baloutchistan. Imran Shaikh, Saifur Rehman et Mohammad Iqbal ont perdu la vie lors d’un double attentat à Quetta, le 10 janvier. Mehmood Ahmed Afridi a été assassiné le 1er mars à Kalat par plusieurs inconnus circulant à moto. Si la piste professionnelle était avérée, l’assassinat de Haji Abdul Razzak porterait à sept le nombre de journalistes tués au Pakistan depuis le début de l’année 2013. L’un des pays les plus meurtriers au monde pour les professionnels de l’information, le pays se classe au 159ème rang sur 179 du classement 2013 de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières.