Actualités

19 octobre 2009 - Mis à jour le 20 janvier 2016

La Cour de cassation se prononce sur le pourvoi du blogueur


La Cour de cassation du Caire doit statuer, le 20 octobre 2009, sur le pourvoi du blogueur égyptien Kareem Amer. La Cour peut décider de renvoyer l’affaire en fait et en droit devant un autre tribunal dans les six mois, ne pouvant juger elle-même qu’en droit. La défense souhaite un nouveau jugement équitable de l’affaire par une nouvelle cour, et demande la libération de Kareem Amer le 5 novembre, date à laquelle il aura effectué les trois quarts de sa peine. Mais le ministre de l’Intérieur, Habib Ibrahim Habib Al-Adli, semble s’opposer à cette possibilité. La loi égyptienne permet pourtant une libération pour "bonne conduite" et après 75% d’une peine d’emprisonnement. Ce qui est le cas du blogueur Kareem Amer. "Quelle est la légitimité du ministre de l’Intérieur pour intervenir dans les affaires judiciaires, qui plus est pour garder en prison un blogueur ? Nous soutenons la défense de Kareem Amer et demandons à la Cour de cassation du Caire de se prononcer en sa faveur, en application de la loi autorisant sa libération à l’issue des trois quarts de sa peine", a déclaré Reporters sans frontières. L’Arabic Network for Human Rights Information (ANHRI) a également interpellé le président Hosni Moubarak afin d’obtenir la libération de Kareem Amer, après que le ministre de l’Intérieur avait obtenu qu’un policier condamné pour torture soit relâché. "Il y a une énorme différence entre un prisonnier de conscience et un officier de police condamné pour l’un des crimes les plus honteux - la torture", a déclaré l’ANHRI. Kareem Amer avait été condamné le 22 février 2007 en première instance à quatre ans d’emprisonnement, peine confirmée par la cour d’appel le 12 mars 2007, pour "insulte au Président et à l’islam". Enfermé depuis trois ans (depuis le 6 novembre 2006 sur ordre du procureur Moharram Bey) dans la prison de Borg-Al-Arab, le blogueur a été victime de mauvais traitements : interdiction de sortir de sa cellule, absence de lumière, absence de visites depuis mars sur ordre du service de sécurité de l’Etat, absence de soins. Kareem Amer avait critiqué sur son blog (http://www.karam903.blogspot.com/) et sur le site Al Hewar Al Motamaden la discrimination infligée aux femmes en Egypte. Il dénonçait également les dérives religieuses et autoritaires du gouvernement ainsi que des plus hautes institutions religieuses dont l’université sunnite Al-Azhar. Voir et signer la pétition pour la libération de Kareem Amer : http://www.rsf.org/fr-petition21985-Kareem_Amer.html