Actualités

18 octobre 2002 - Mis à jour le 20 janvier 2016

IXe Sommet de la francophonie : un journaliste interdit d'accès au centre de presse


Le journaliste Gédéon Kouts, accrédité au titre de L'Arche, mensuel du judaïsme français, au IXe Sommet de la francophonie au sein de la délégation de presse accompagnant le président Jacques Chirac, a été interdit d'accès, vendredi 18 octobre 2002, au centre de presse. Gédéon Kouts, qui possède la double nationalité française et israélienne, est également correspondant permanent à Paris de la télévision israélienne Israël Channel Two. Jeudi 17 octobre, il a réalisé une interview pour la télévision israélienne Israel Channel Two. Vendredi 18 octobre, des journalistes libanais l'ont accusé d'avoir travaillé pour cette chaîne israélienne alors qu'il n'était pas accrédité à ce titre. Pris à partie par des journalistes libanais, il a été reconduit par les services de sécurité à son hôtel et s'est vu interdire l'accès au centre de presse. "Certes, les devoirs d'un journaliste, tels qu'ils sont consignés dans l'article 4 de la déclaration de Münich (1971), incluent le fait de "ne pas user de méthodes déloyales pour obtenir des informations, des photographies et des documents", a déclaré Robert Ménard, secrétaire général de Reporters sans frontières. "Cependant, dans certaines situations, pour obtenir des informations, des journalistes sont amenés à prendre des libertés avec la légalité. Pour les médias israéliens, qui veulent légitimement couvrir le IXe Sommet de la francophonie se tenant à Beyrouth, et compte tenu de l'état de guerre entre le Liban et Israël, il n'existe pas d'autre solution que d'utiliser des subterfuges et de contourner les règles de la profession", a-t-il ajouté. Reporters sans frontières soutient, par exemple, les journalistes qui se rendent en Birmanie grâce à un visa touristique. Pendant les frappes américaines en Afghanistan, le journaliste Michel Peyrard était entré dans ce pays, interdit aux journalistes, déguisé en femme. Reporters sans frontières avait pris sa défense lors de son arrestation.