Actualités

22 février 2008 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Incendie criminel de la voiture d'un présentateur de radio : “Un clair message mafieux”, selon la victime


Reporters sans frontières condamne l'attentat dont a été la cible Carlos Carvallo, de la station FM Show, le 19 février 2008, à Garupá (province de Misiones, Nord). Sa voiture a été aspergée d'essence et brûlée. Le journaliste avait mis en cause à l'antenne le maire d'une ville voisine dans des affaires de corruption.
Reporters sans frontières condamne l'attentat visant Carlos Carvallo, présentateur de la station FM Show, commis le 19 février 2008 à Garupá (province de Misiones, Nord-Est). Le véhicule du journaliste a été arrosé d'essence et partiellement consumé par les flammes. Carlos Carvallo a régulièrement dénoncé à l'antenne des affaires financières douteuses impliquant, semble-t-il, le maire d'une ville voisine. “Nous ne saurions nous avancer sur les liens éventuels entre l'attentat dont a été victime Carlos Carvallo et ses mises en cause d'un élu local à l'antenne. Néanmoins, les enquêteurs doivent explorer cette piste à défaut d'autres mobiles apparents. Nous saluons le réaction rapide des autorités de la province de Misiones après cet attentat, qui aurait pu coûter la vie à Carlos Carvallo et à toute sa famille. Nous espérons que l'enquête déterminera rapidement l'origine et les auteurs de l'attaque”, a déclaré Reporters sans frontières. Carlos Carvallo et sa famille dormaient lorsqu'une forte explosion les a réveillés, dans la nuit du 19 février 2008, vers 4h du matin. Le journaliste a trouvé un bidon de vingt litres d'essence vide à côté de sa voiture, stationnée dans le garage de la résidence familiale. Le véhicule, ainsi qu'un pan de mur du garage, ont été partiellement détruits par le feu. Carlos Carvallo, coprésentateur du programme d'informations “El show de los impactos” sur FM Show, a expliqué à Reporters sans frontières que l'attaque pourrait être liée à ses dénonciations à l'antenne d'affaires de corruption impliquant le maire d'une municipalité voisine. Le journaliste a préféré taire le nom de l'élu. Selon Carlos Carvallo, l'édile en question “a réussi à accumuler en six mois une fortune difficilement atteignable par des voies légales”. “Il s'agit d'un clair message mafieux, mais qui ne fera que renforcer ma vocation professionnelle“, a-t-il souligné auprès de l'organisation. Après avoir porté plainte, Carlos Carvallo s'est vu assigner une protection policière par les autorités provinciales.