Actualités

13 septembre 2018 - Mis à jour le 14 septembre 2018

Grèce : un journaliste agressé lors d’une manifestation porte plainte contre la police

Manifestation à Thessalonique le 8 septembre 2018/ AFP
Le journaliste grec, Tasos Aslanidis, a porté plainte contre la police après avoir été agressé par des policiers anti-émeutes alors qu’il couvrait une manifestation samedi 8 septembre à Thessalonique. Reporters sans frontières (RSF) dénonce ces débordements et demande des sanctions.

Dans un message publié sur Facebook, Tasos Aslanidis, reporter pour le site d’information thestival.gr, raconte qu’il couvrait une manifestation samedi 8 septembre à l’extérieur de la foire internationale annuelle de Thessalonique où le Premier ministre Alexis Tsipras devait prononcer un discours, quand il a été violenté par des policiers.

 

 “Deux policiers m’ont attrapé à la gorge et ont essayé de m'empêcher de respirer”, relate le reporter. Quand ce dernier a cherché à connaître les noms de ses agresseurs, un groupe de policiers anti-émeutes est revenu à la charge et l’a de nouveau attaqué.

Tasos Aslanidis explique qu’au moment de l’agression, il enjoignait seulement les policiers à ne pas répondre aux insultes que les manifestants proféraient contre eux.

 

Reporters sans frontières dénonce ces pratiques scandaleuses de la part des forces de l’ordre et une entrave au travail d’information du journaliste, déclare Pauline Adès-Mével, responsable de la zone UE-Balkans de RSF. Les fonctionnaires responsables de cette agression doivent être sanctionnés par la justice grecque.

 

Le soir-même, le journaliste s’est rendu au siège de la police accompagné d’un avocat pour porter plainte contre ces agents. La police a ouvert une enquête interne.

 

Des milliers de Grecs, criant des slogans anti Tsipras, étaient rassemblés pour protester contre un projet d'accord conclu avec la Macédoine en juin dernier visant à renommer l’ancienne république yougoslave "République de la Macédoine du Nord”. Des échauffourées ont éclaté entre des groupes de manifestants et la police anti-émeutes.

 

La Grèce occupe la 74e place sur 180 dans le Classement mondial de la liberté de la presse 2018 établi par RSF.