Actualités

31 octobre 2013 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Deux radios saccagées au Quintana Roo


Les stations de radio La estrella maya que habla et La FM Maya de Felipe Carrillo Puerto, commune du Quintana Roo (Sud-Est) ont été attaquées, le 28 octobre 2013, par une quinzaine d’hommes masqués armés de cocktails Molotov. Les deux radios appartiennent à l’ancien maire de la commune, Sebastián Uc Yam. L’équipement de transmission a été totalement détruit. Les agresseurs s’en sont pris au gardien et à sa famille, ainsi qu’aux journalistes Vladimir Rimbón Bonora et Arturo García Landeros sur place au moment des faits. Ce dernier a été victime d’un coup de machette, et se remet actuellement de ses blessures. “Reporters sans frontières condamne fermement cet attentat. Nous espérons que l’enquête ouverte par le bureau du Procureur Général de l’État de Quintana Roo parviendra à déterminer les coupables. Nous appelons les autorités à ne pas écarter le mobile journalistique de manière prématurée au profit d’un lien avec les activités politiques de Sebastián Uc Yam. Le Parquet spécial fédéral chargé de la lutte contre les violences envers les médias (FEADP) doit être impliqué dans l'enquête et il appartient au gouvernement de garantir la sécurité des collaborateurs de la radio”, déclare l’organisation. La police, accompagnée de quelques militaires, a mis plus d’une heure avant d’arriver sur les lieux de l’attaque. Selon Hermelindo Martínez Cruz, présentateur à La estrella maya que habla, ce n’est pas la première fois que les membres de la radio sont victimes d’agression, et lui-même aurait été séquestré plusieurs heures en juillet 2012. Aucune enquête n’avait été ouverte, malgré le fait qu'il ait déposé une plainte. Les agressions contre les journalistes restent trop souvent irrésolues et impunies. Avec 88 journalistes tués et 17 autres disparus depuis une décennie, le Mexique est l’un des pays les plus dangereux pour la profession.