Actualités

15 décembre 2006 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Deux journalistes suspendus reprennent leur travail


Les journalistes Danko Druzijanic et Goran Rotim ont été autorisés, le 14 décembre 2006, à reprendre leur travail. Le conseil éthique de la télévision croate, réuni le 12, a conclu qu'ils n'avaient pas violé la charte déontologique. En suspendant les journalistes après la diffusion d'une vidéo mettant en cause le président Stipe Mesic, la direction est, d'après le conseil, passée outre ses compétences. ----------------------------------------- 11.12.2006 Reporters sans frontières dénonce la suspension de deux journalistes de la télévision publique Danko Druzijanic et Goran Rotim, deux journalistes de la Radio-Télévision croate (HRT), ont été suspendus après avoir rediffusé un discours dans lequel l'actuel président croate Stipe Mesic approuvait le passé fasciste de l'Etat croate pendant la Seconde Guerre mondiale. La suspension pour “manque de professionnalisme” a été décidée par le directeur de la HRT Mirko Galic. Candidat au poste d'ambassadeur en France, il semble avoir voulu sanctionner des journalistes qui ont mis le Président dans une situation délicate. Mirko Galic a démenti cette version. “Reporters sans frontières considère la suspension des deux journalistes comme disproportionnée. Nous sommes étonnés de voir que le directeur de la télévision nationale semble prêt à s'autocensurer pour plaire au chef de l'Etat. Dans un Etat démocratique, les journalistes ne peuvent pas être au service du pouvoir. L'indépendance des médias, notamment publics, est d'autant plus importante à l'approche des élections parlementaires de novembre 2007”, a déclaré l'organisation de défense de la liberté de la presse. Le discours du président croate, rediffusé le 9 décembre au journal télévisé, avait été prononcé initialement au début des années 1990 en Australie. Stipe Mesic s'adressait alors, en tant que haut représentant du parti au pouvoir Union démocratique, aux émigrés croates. “Nous avons été deux fois victorieux pendant la Seconde Guerre mondiale et nous n'avons pas d'excuses à faire (...). Pour la première fois, nous avons gagné le 10 avril 1941 (proclamation de l'Etat indépendant fasciste). A la fin de la guerre, nous avons de nouveau été aux côtés des vainqueurs”, avait-il déclaré. La rediffusion de ce discours a choqué l'opinion publique croate, car Stipe Mesic est considéré comme un antifasciste convaincu. Le président a réagi en insistant sur le contexte particulier de ce discours et sur les nombreuses preuves de son comportement antifasciste. Il a également condamné la suspension des deux journalistes. Danko Druzijanic et Goran Rotim ont dénoncé leur suspension : “Nous avions pensé avoir fait du bon travail. Toutes les informations ont été recueillies conformément aux normes journalistiques.”