Actualités

4 mars 2002 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Deux journalistes étrangers inscrits sur la liste noire


Mise à jour : Le 4 mars, l'hebdomadaire Far Eastern Economic Review a finalement présenté ses excuses pour la publication, le 10 janvier 2002, d'un article jugé offensant par les autorités thailandaises, qui avaient riposté en révoquant les visas de deux journalistes basés à Bangkok. L'avocat du magazine a remis une lettre d'excuses, signée par Michael Vatikiotis, rédacteur en chef de la revue, au président de l'Assemblée Nationale, Uthai Pimchaichon. Selon le porte-parole de la police de l'Immigration, le comité chargé d'examiner l'appel contre l'ordre d'expulsion des deux journalistes doit se réunir le 4 mars et prendra une décision "qui tiendra compte de cette lettre d'excuses". Le 1er mars, un responsable de la police thaï a déclaré que ses services étaient en train d'examiner le contenu du dernier numéro du magazine britannique The Economist qui contient un dossier sur la Thaïlande, et notamment sur la monarchie. La revue, normalement disponible dans les kiosques le vendredi, n'a pas encore été distribuée. Dans une lettre adressée au ministre de l'Intérieur, Purachai Piumsombun, Reporters sans frontières (RSF) a protesté contre l'inscription de Shawn W. Crispin et Rodney Tasker, respectivement chef du bureau à Bangkok et journaliste pour la revue économique Far Eastern Economic Review, sur la liste noire des personnes étrangères interdites de séjour sur le territoire thaïlandais. "On ne peut que condamner ce genre de mesure attentatoire à la liberté de la presse, indigne de la part d'une démocratie", a déclaré Robert Ménard, secrétaire général de l'organisation. RSF a demandé au ministre que les noms des deux journalistes, ainsi que ceux de deux autres employés du magazine, soient retirés de la liste noire de quarante-six étrangers établie par le ministère de l'Immigration. Selon les informations obtenues par RSF, le lieutenant général Hemaraj Thareethai, chef de la police de l'Immigration, a confirmé, le 21 février 2002, l'existence d'une liste noire de quarante-six étrangers indésirables sur le territoire thaïlandais et donc menacés d'expulsion. Celle-ci doit être soumise pour approbation au ministre de l'Intérieur. Sur cette liste de quarante-six personnes figurent les noms des journalistes américain et britannique Shawn Crispin et Rodney Tasker, tous deux de la Far Eastern Economic Review, ainsi que du directeur de la publication et d'un rédacteur en chef travaillant au siège de la revue à Hong Kong. La liste comporte également les noms de treize membres du mouvement spirituel chinois Falungong. Le magazine Far Eastern Economic Review était récemment entré dans le collimateur des autorités thaïlandaises : le 7 janvier, le général Tritot Ronnarittivichai, responsable du contrôle de la distribution des publications, avait ordonné l'interdiction et la saisie du dernier numéro du magazine Far Eastern Economic Review. Selon lui, le numéro en question, daté du 10 janvier, contenait un article pouvant engendrer des troubles de l'ordre public ou "affecter la moralité publique" et violant la loi sur la presse (Publishing Act) de 1941. Le 5 janvier 2002, la compagnie aérienne Thai International PLC avait interdit la distribution de la revue sur tous ses vols. Thaksin Shinawatra, Premier ministre, avait annoncé, le 7 janvier, que des juristes allaient examiner les articles de la revue pour une éventuelle poursuite en diffamation, et notamment un article intitulé "Listless Days", où il était question des relations entre les deux têtes de l'exécutif thaïlandais. Selon lui, les publications étrangères attaqueraient le gouvernement thaïlandais parce qu'il refuse de privatiser les entreprises d'Etat pour les vendre bon marché sur le marché international. La FEER évoquait, dans l'article incriminé, les relations entre le roi et le Premier ministre à la suite du discours très critique contre M. Thaksin prononcé par le monarque en décembre à l'occasion de son anniversaire. Le 10 janvier, le "Lok Yam Chao" (Le Matin du Monde), un talk-show politique quotidien radiodiffusé, était interdit après que l'animateur avait lu des extraits de l'article controversé de la Far Eastern Economic Review. L'émission est diffusée en FM depuis plus de vingt ans sur un réseau appartenant au ministère des Relations publiques. Selon Somkiat, présentateur du talk-show, il aurait été interdit sur ordre du gouvernement.