Actualités

13 mars 2002 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Deux journalistes détenus dans les zones contrôlées par les rebelles


Dans deux lettres respectivement adressées au président du Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD), Adolphe Onusumba Yemba, et au président du Rassemblement congolais pour la démocratie - Mouvement de libération (RCD - ML), Mbusa Nyamwisi, Reporters sans frontières (RSF) a protesté contre la détention de deux journalistes. L'organisation a demandé aux chefs des mouvements rebelles de tout mettre en œuvre pour qu'ils soient libérés. "Ces groupes, qui rappellent sans cesse leurs aspirations à un pays unifié et pacifié, devraient se montrer exemplaires en matière de respect de la liberté de la presse", a déclaré Robert Ménard, secrétaire général de l'organisation. RSF a rappelé qu'en 2001, plusieurs journalistes avaient déjà été arrêtés ou agressés dans les zones contrôlées par les deux branches du RCD. Selon les informations recueillies par RSF, Raphaël Paluku Kyana, directeur de la Radio rurale de Kanyabayonga (RRKA), a été arrêté le 9 mars 2002 à Goma (Nord-Kivu, près de la frontière rwandaise). Le journaliste a été interpellé, par des agents du RCD, alors qu'il devait se rendre à Mbujimayi, en territoire contrôlé par le gouvernement, pour assister à une réunion de l'Association des radios communautaires du Congo. Il serait détenu au cachot dit Bureau II à Goma. Le motif de son arrestation n'est pas connu. Deux jours auparavant, Wema Kennedy, directeur de Radio Muungano, a été arrêté à Béni (Nord-Kivu, près de la frontière ougandaise) par des agents des services de renseignements du RCD - ML. On lui reprocherait d'avoir annoncé à l'antenne que le président du mouvement était encore à Kampala au moment de l'ouverture des travaux intercongolais à Sun City, en Afrique du Sud. RSF a rappelé qu'en août, le rapporteur spécial des Nations unies pour la situation des droits de l'homme en République démocratique du Congo avait déclaré : "A Goma comme à Kisangani, il n'y a pas de journaux, ceux qui paraissent ne contiennent dans leurs colonnes que la propagande des mouvements rebelles."