Actualités

10 décembre 2008 - Mis à jour le 20 janvier 2016

"Des prisons derrières les façades" : Reporters sans frontières manifeste devant les ambassades du Viêt-nam et de Syrie


Le jour de la commémoration du 60e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'homme, le 10 décembre 2008, Reporters sans frontières a organisé une manifestation itinérante devant deux ambassades, à Paris, en signe de protestation contre des gouvernements responsables de l'incarcération de journalistes ou de cyberdissidents.
Le jour de la commémoration du 60e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'homme, le 10 décembre 2008, Reporters sans frontières a organisé une manifestation itinérante devant deux ambassades, à Paris, en signe de protestation contre des gouvernements responsables de l'incarcération de journalistes ou de cyberdissidents. Des militants de l'organisation ont déployé devant les portails des ambassades une bâche représentant une porte de prison et appelé à la libération des personnes incarcérées pour leurs publications dans des journaux ou sur Internet dans les pays concernés. "Le Viêt-nam et la Syrie sont dirigés par des gouvernements qui pratiquent l'incarcération politique sans hésitation. Pour eux, la Déclaration dont nous commémorons le 60e anniversaire n'a aucune valeur, sauf lorsqu'il s'agit de défendre leurs intérêts politiciens. Notre action d'aujourd'hui a pour but de rappeler une réalité simple : derrière la façade distinguée des ambassades se cachent souvent de sinistres cachots", a déclaré Reporters sans frontières. Au Viêt-nam, trois journalistes et huit cyberdissidents sont actuellement incarcérés, dont le journaliste Nguyen Viet Chien du quotidien Thanh Nien, condamné le 15 octobre 2008 à deux ans de prison pour ses enquêtes sur la corruption, et le blogueur et défenseur des droits de l'homme Nguyen Hoaong Hai, alias Dieu Cay, condamné le 4 décembre 2008 à deux ans et demi de prison. En Syrie, neuf journalistes et cyberdissidents sont actuellement incarcérés, dont le journaliste indépendant Michel Kilo et le cyberdissident Habib Saleh. Depuis juillet 2000, date de l'accession au pouvoir du président Bachar el-Assad, le nombre de journalistes détenus dans les prisons syriennes n'a jamais été aussi élevé. L'organisation a publié, à l'occasion des commémorations, un rapport intitulé "Les Nations unies sur la voie de l'échec". Ce document dresse un bilan critique d'une bataille entre raison d'Etat et reconnaissance des victimes de violations des droits humains au sein du Conseil des droits de l'homme de l'ONU.