Actualités

19 novembre 2011 - Mis à jour le 20 janvier 2016

De nouvelles arrestations de journalistes palestiniens par les forces de sécurité israéliennes


Reporters sans frontières s’inquiète de la multiplication des
arrestations menées par les forces de sécurité israéliennes touchant les professionnels de la
presse palestiniens ces derniers mois et qui semble marquer un
durcissement à leur égard. L’organisation avait déjà dénoncé en août
dernier l’augmentation des "arrestations arbitraires" effectuées par
l’armée israélienne contre les journalistes palestiniens. Ces derniers incidents interviennent également deux semaines après l’arrestation de cinq
journalistes
embarqués sur deux flottilles humanitaires à destination
de Gaza lors d’une opération militaire visant à les neutraliser.

Le 16 novembre 2011, Isra Salhab, 26 ans, présentatrice d’une émission
sur les prisonniers palestiniens diffusée par la chaîne satellitaire
Al-Quds, a été convoquée pour interrogatoire puis arrêtée par la
police israélienne, à Jérusalem. Au bout de deux heures d’entretien,
les forces de l’ordre ont contacté sa famille pour leur annoncer que
leur “fille était arrêtée”, sans donner d’informations sur les raisons
de sa détention. Isra Salhab a ensuite été présentée, à huis clos,
sans pouvoir bénéficier d’un avocat, devant un tribunal militaire qui
a décidé de reporter le jugement au 21 novembre. Dans l’attente du
verdict, la journaliste est toujours derrière les barreaux.

Le 14 novembre 2011, le présentateur de la radio Marah, Raed Sharif, a
été arrêté par l’armée israélienne à Ramallah, en Cisjordanie. Les
soldats s’étaient rendus dans un premier temps au domicile du père du
journaliste qu’ils ont soumis à un interrogatoire pour qu’il leur
livre l’adresse de son fils. Selon le témoignage du père de Raed
Sharif, les militaires se seraient montrés particulièrement nerveux
lors de son arrestation.

A Salfit, en Cisjordanie, la cour militaire israélienne a prolongé de
6 mois la détention de Walid Khaled, directeur du journal gazaoui
Falasteen, sans justification aucune. Arrêté à son domicile le 8 mai
2011 par l’armée israélienne, il avait été condamné à six mois de
prison. Le journaliste avait purgé une peine de quatre ans de prison
dans le passé.

Reporters sans frontières exige des autorités israéliennes la
libération des journalistes, victimes d’arrestations arbitraires et
injustifiées, et dénonce une spirale de la répression et de
l’intimidation.