Actualités

24 juin 2003 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Daher Ahmed Farah de nouveau libre


Daher Ahmed Farah, directeur de publication du journal Le Renouveau, a été relaxé, le 23 juin, par un tribunal de Djibouti. Il était poursuivi pour "diffamation" et "atteinte au moral de l'armée". Le journaliste était détenu depuis le 20 avril à la prison de Gabode.
Daher Ahmed Farah, directeur de publication du journal Le Renouveau et président du Mouvement pour le renouveau démocratique et le développement (MRD, parti d'opposition), a été relaxé, le 23 juin en début d'après-midi, par un tribunal de Djibouti. A l'issue de l'audience, le président du tribunal a estimé "qu'il n'y avait pas de délit constitué et que le prévenu était non coupable". Le directeur du Renouveau a été libéré immédiatement. Daher Ahmed Farah était poursuivi par le chef d'état-major de l'armée pour "diffamation" à l'encontre du numéro deux de l'armée djiboutienne, le général Zakaria Cheik Ibrahim, et par le ministère de la Défense pour "atteinte au moral de l'armée". Il avait été arrêté une première fois le 20 avril, puis mis en liberté provisoire le 3 juin, avant d'être arrêté de nouveau deux jours plus tard. "Cette fois, je crois que c'est la bonne. J'ai été relaxé dans les deux affaires et le climat est à l'apaisement. C'est une bonne nouvelle", a déclaré Daher Ahmed Farah à Reporters sans frontières. Le journaliste et opposant a été emprisonné à plusieurs reprises au cours de ces dernières années. Dans la plupart des cas, il était poursuivi pour un délit de presse et a été condamné à des peines de prison ou à des amendes.