Actualités

16 décembre 2005 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Confirmation de l'arrestation des internautes de Kiem


Reporters sans frontières a demandé aux autorités vietnamiennes des informations sur l'arrestation de trois internautes, fin octobre 2005, à leur domicile d'Ho Chi Minh Ville, rue Nguyen Kiem. Selon des sources locales, ces personnes auraient été interpellées pour avoir participé à un forum de discussion démocrate hébergé sur Pal Talk (paltalk.com).
Reporters sans frontières a eu confirmation de l'arrestation, le 19 octobre 2005, des internautes de la rue Kiem. L'organisation dénonce ces cas de détention arbitraire et demande leur libération. La mère de Truong Quoc Tuan et Truong Quoc Huy, Chau Thi Hoang, interrogée par téléphone, a confirmé que ses fils, ainsi que la fiancée de l'un d'eux, Lisa Pham, étaient toujours détenus. Elle a par ailleurs affirmé disposer d'un document officiel indiquant que les internautes étaient accusés d'avoir violé l'article 19 du code pénal en incitant la population à "renverser le pouvoir". Selon plusieurs sources d'information concordantes, ces jeunes gens seraient en réalité détenus pour avoir simplement participé à un forum de discussion démocrate hébergé sur Pal Talk (paltalk.com). Le 8 décembre, l'organisation avait demandé aux autorités vietnamiennes de lui communiquer les motifs de ces arrestations. Cette requête est restée sans réponse. Reporters sans frontières a également pris connaissance du procès-verbal de la perquisition menée au domicile des internautes (603, rue Nguyen Kiem à Hô Chi Minh-Ville) le jour de l'arrestation. Ce document indique que la police a confisqué des carnets, un disque dur, un ordinateur et une imprimante. Il ne mentionne le nom que d'un des trois internautes arrêtés, Truong Quoc Huy. ------------------------------------- Toujours sans nouvelles des internautes de la rue Kiem 8.12.05 Reporters sans frontières a demandé aux autorités vietnamiennes des informations sur l'arrestation de trois internautes, fin octobre 2005, à leur domicile d'Ho Chi Minh Ville, rue Nguyen Kiem. Selon des sources locales, ces personnes auraient été interpellées pour avoir participé à un forum de discussion démocrate hébergé sur Pal Talk (paltalk.com). "Nous souhaitons que la lumière soit faite rapidement sur cette affaire. Si ces internautes ont bien été arrêtés pour s'être exprimés sur un forum de discussion en ligne, nous mettrons tout en œuvre pour obtenir leur libération. Le Viêt-nam a récemment déclaré qu'il ne méritait pas de figurer dans la liste des ennemis d'Internet publiée en novembre par Reporters sans frontières. Nous attendons donc qu'il démontre son engagement pour la liberté d'expression", a déclaré l'organisation. Truong Quoc Tuan, ses deux frères, Truong Quoc Huy, Truong Quoc Nghia, et sa fiancée Lisa Pham, une résidente américaine de citoyenneté vietnamienne, ont été arrêtés le 19 octobre 2005. D'après des sources locales, un périmètre de sécurité aurait depuis été mis en place autour de leur maison, rue Nguyen Kiem. Ils seraient accusés d'avoir participé à un forum de discussion en temps réel (chat room) intitulé "la voix du peuple au Viêt-nam et à l'étranger", hébergé sur le site Paltalk.com. Truong Quoc Nghia aurait été relâché depuis, mais Reporters sans frontières est toujours sans nouvelles des trois autres internautes. Ni le lieu de détention ni les motifs de leur arrestation n'ont été communiqués par les autorités vietnamiennes. Le forum de discussion "la voix du peuple au Viêt-nam et à l'étranger" réunit entre 200 et 300 utilisateurs qui s'y retrouvent et discutent de politique et de sujets de société vietnamiens. L'un d'entre eux a déclaré à Reporters sans frontières : "Je suis très inquiet au sujet de ces jeunes gens, qui ont été tout simplement enlevés par la police. Nous pensons que des agents ont infiltré notre forum pour tâcher de le briser. Par exemple, quelqu'un utilise actuellement un pseudo très semblable au mien pour me discréditer et affirmer je suis communiste. Il est possible que ces internautes aient été bernés par un agent de police se présentant comme un ami."