Actualités

5 décembre 2006 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Condamnation de Denis Robert pour “diffamation” envers Clearstream : Reporters sans frontières dénonce la multiplication des poursuites contre le journaliste


L'ancien journaliste à Libération fait face à de multiples poursuites intentées contre lui dans le cadre de l'"affaire Clearstream". Sa condamnation pour "diffamation" à l'encontre de la société luxembourgeoise témoigne d'une volonté de le réduire au silence, que Reporters sans frontières condamne.
Le 5 décembre 2006, le tribunal de grande instance (TGI) de Paris a condamné Denis Robert à verser 1 500 euros de dommages et intérêts à la société luxembourgeoise de compensation financière, Clearstream, pour « diffamation ». Cette dernière avait porté plainte contre le journaliste après la parution dans VSD, le 24 mai dernier, d'une interview de Denis Robert dans laquelle il la qualifiait de « poumon de la finance parallèle ». La 17e chambre du TGI l'a également condamné à prendre en charge les frais de justice de la société luxembourgeoise, à hauteur de 2 000 euros. « Nous sommes inquiets de cette condamnation et de la multiplication des poursuites à l'encontre de Denis Robert dans le cadre de l' "affaire Clearstream". Ce « matraquage » témoigne d'une volonté de le réduire au silence, ce que nous condamnons », a déclaré Reporters sans frontières. Denis Robert est poursuivi depuis cinq ans, notamment par Dominique de Villepin, pour ses révélations sur les activités de la société Clearstream. Ancien journaliste à Libération, il est l'auteur de deux livres (« Révélations » et « La boîte noire »), ainsi que de deux documentaires diffusés sur Canal + consacrés à l'opacité de l'activité de la société luxembourgeoise. Lire l'entretien avec Denis Robert publié sur le blogmédias