Actualités

11 octobre 2002 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Censure d'une émission satirique sur Berlusconi


Reporters sans frontières s'indigne de l'interdiction par la direction de la RAI d'un numéro spécial de l'émission satirique "Blob", consacré au président du Conseil, Silvio Berlusconi. L'organisation considère qu'il s'agit d'une volonté délibérée de mettre au pas la télévision publique.
Reporters sans frontières s'indigne de l'interdiction par la direction de la RAI d'un numéro spécial de l'émission satirique "Blob", consacré au président du Conseil, Silvio Berlusconi. L'organisation considère qu'il s'agit d'une volonté délibérée de mettre au pas la télévision publique. "Interdire une émission satirique de qualité telle que "Blob" parce qu'elle critique trop souvent le Président du Conseil, est de la censure pure et simple. Cet incident ternit un peu plus encore l'image de l'Italie, qui est déjà le seul pays de l'Union européenne où le pluralisme de l'information est menacé ", a déclaré Robert Ménard, secrétaire général de Reporters sans frontières, dans un courrier adressé à Agostino Saccà, directeur général de RAI 3. "Nous vous demandons de revenir sur votre décision et d'autoriser la diffusion de cette émission", a ajouté M. Ménard. Agostino Saccà, directeur de la chaîne de télévision publique RAI, a refusé que soit diffusé le troisième épisode d'une série de "Blob" consacrée au président du Conseil Silvio Berlusconi. Le directeur général a déclaré que quatre émissions de quarante minutes consacrées à Berlusconi en une semaine, c'était "peut-être un peu trop". Il a ajouté qu'il ne s'agissait pas d'une censure mais d'une "simple discussion" avec le directeur de RAI3, Paolo Ruffini. L'émission humoristique intitulée "Berlusconi contre tous", qui aurait dû être diffusée sur RAI3 dans la soirée du 8 octobre, montrait de nombreuses interventions filmées du Président du Conseil, ainsi que des émissions diffusées sur des chaînes lui appartenant. Silvio Berlusconi et du lors de conférences de presse ou de grandes émissions politiques. Le principe de l'émission consiste à réaliser un montage original, à partir d'images déjà existantes, sans commentaires. D'après Enrico Ghezzi, réalisateur de "Blob", le directeur général de la RAI n'a pas vu l'émission avant de la censurer. "Il est plutôt choquant et même risible de faire de la censure préventive sur une émission qui ne présente que des images déjà diffusées. Ils ont agi (la direction de la RAI) comme s'ils considéraient que le fait même de montrer les images de Silvio Berlusconi constitue en soi une critique", a-t-il déclaré. Reporters sans frontières rappelle que les émissions politiques des journalistes d'opposition Michele Santoro ("Sciuscià") et d'Enzo Biagi ("Il Fatto") ont été supprimées des programmes de la nouvelle grille de la RAI, après que le chef du gouvernement les avait violemment critiqués. Reporters sans frontières avait dénoncé le sort réservé à ces émissions particulièrement critiques à l'égard du gouvernement de Silvio Berlusconi. L'organisation tient à souligner que les trois télévisions publiques de la RAI jouent un rôle fondamental pour maintenir le pluralisme de l'information audiovisuelle en Italie alors que Silvio Berlusconi contrôle, via Mediaset, les trois principales chaînes privées nationales du pays.