Actualités

10 mars 2006 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Aucune avancée trois mois après l'assassinat de Gebrane Tuéni


Trois mois après l'assassinat du journaliste libanais Gebrane Tuéni, Reporters sans frontières s'associe à l'appel lancé par sa famille à la presse locale et internationale. Interrogée par Reporters sans frontières, Nayla Tuéni, la fille du journaliste, a déclaré au nom de sa famille : "Nous sommes choqués que, trois mois après le décès de Gebrane, aucun juge n'ait encore été nommé afin de commencer l'investigation. C'est inacceptable." Nayla Tuéni a demandé "une mobilisation plus importante" de la presse de son pays ainsi que de la presse étrangère. Jeune journaliste elle-même, Nayla Tuéni a ajouté : "Il faut attirer l'attention sur les pressions que subissent quotidiennement les journalistes au Liban. Trop de journalistes sont tués pour leurs écrits." Le journaliste et homme politique, Gebrane Tuéni, a été victime d'une attaque à la voiture piégée, le 12 décembre 2005, à Mkalles, banlieue chrétienne de la capitale libanaise. PDG du quotidien An-Nahar il était également député de Beyrouth. Trois professionnels des médias ont été victimes d'attentats non élucidés au cours de l'année 2005. Samir Kassir, éditorialiste du quotidien An-Nahar, a perdu la vie le 2 juin 2005, dans l'explosion de sa voiture. Journalistes réputés et respectés, Gebrane Tuéni et Samir Kassir se savaient menacés depuis l'assassinat de l'ancien Premier ministre Rafic Hariri, le 14 février 2005. La voiture de May Chidiac, la présentatrice vedette de la chaîne LBC (Lebanese Broadcasting Corporation) avait explosé le 25 septembre 2005, blessant grièvement la journaliste.