Actualités

5 septembre 2003 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Attentat contre la voiture d'une journaliste en Corse


Le véhicule vide de Christine Clerc, du quotidien Le Figaro, a été criblé de balles en Corse du Sud. Reporters sans frontières exprime son extrême préoccupation et demande aux autorités de réagir avec la plus grande fermeté.
Le véhicule vide de Christine Clerc, du quotidien Le Figaro, a été criblé de balles à Tolla, en Corse du Sud, dans la nuit du 4 au 5 septembre 2003. "Nous sommes extrêmement préoccupés par cet attentat contre une journaliste qui n'a fait qu'exercer son métier. Les autorités doivent réagir avec la plus grande fermeté et ne pas laisser un sentiment d'impunité s'installer", a écrit Reporters sans frontières dans un courrier adressé au préfet de Corse, Pierre-René Lemas. Dans un billet d'humeur intitulé "Eteins le feu et tire-toi!", publié le 1er septembre dans Le Figaro, Christine Clerc avait dénoncé l'attentat à l'explosif contre la voiture d'un policier à Tolla, le 20 août. Le 3 septembre, son article était affiché sur une voiture bloquant l'entrée du logement de Christine Clerc. La journaliste, en vacances à Tolla, avait rencontré le policier le 28 août, alors qu'il quittait l'île. Elle avait décidé de raconter le départ forcé de ce fonctionnaire, originaire du continent, qui avait, peu auparavant, participé à l'extinction d'un feu ayant menacé le village. Cet article a valu à Christine Clerc de nombreux reproches de la part des habitants du village et du maire, Jean-Baptiste Casalta, qui ont accusé la journaliste de donner une mauvaise image de la Corse. La journaliste a déclaré ne jamais avoir été attaquée ou menacée en raison de son activité journalistique auparavant.