Actualités

24 septembre 2002 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Assassinat de Tim Lopes : arrestation d'Elias le fou


Elias le fou, chef de la bande de narcotraficants qui a sauvagement assassiné le journaliste Tim Lopes, a été arrêté le 20 septembre 2002. Parmi les neuf suspects accusés du meurtre de Tim Lopes, sept ont été arrêtés, deux sont morts. Reporters sans frontières est extrêmement préoccupée par les informations faisant état de la corruption de policiers par les assassins du journaliste.
Consulter la version portugaise du communiqué
--------------------------------------------------------------------------------------------------------------- Elias Pereira, alias " Elias Maluco" (Elias le fou), principal suspect du meurtre du journaliste, a été arrêté le 19 septembre dans une maison située dans un ensemble de bidonvilles, "Complexo do Alemao" ( ouest de Rio), où avait été assassiné le journaliste. Elias le fou était le dernier des trafiquants de drogue accusés encore en liberté. Il est considéré comme le chef de la bande et celui qui a tué le journaliste à coups de sabre. Selon les autorités, il bénéficiait de la protection de certains policiers corrompus. Lors de sa première audience devant le juge, il a nié être l'auteur du crime. 27.08.2002 - Un sixième membre de la bande d'Elias le Fou arrêté Renato Souza Lopes, alias "Ratinho", membre de la bande d'Elias le fou, lui-même principal suspect du meurtre de Tim Lopes, a été arrêté, le 26 août, alors qu'il se trouvait dans une maison de la favela du Complexo do Alemao, au nord de Rio de Janeiro. Selon la police, c'est lui qui aurait reconnu Tim Lopes, alors que le journaliste enquêtait à Vila del Cruzeiro. Le trafiquant, qui était également recherché pour port d'armes, a nié toute implication dans l'assassinat. Le 23 août, la police avait tenté de capturer Elias le fou, mais ce dernier avait réussi à prendre la fuite quelques minutes avant l'arrivée des policiers. Il aurait bénéficié de la complicité de deux policiers. Une enquête administrative a été ouverte. Parmi les neuf suspects accusés du meurtre de Tim Lopes, six ont été arrêtés, deux sont morts, et le dernier est toujours recherché. Quatre autres trafiquants de la même bande ont été tués lors d'affrontements avec la police. -------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 16.08.2002 - Un troisième membre de la bande qui a assassiné Tim Lopes, tué
Flávio Reginaldo dos Santos, alias "Buda", appartenant à la bande d'Elias le fou, principal suspect dans le meurtre de Tim Lópes, a été tué par la police à Vila del Cruzeiro, une favela de Rio de Janeiro, tôt dans la matinée du 15 août 2002. Selon la police, le trafiquant aurait été atteint par balles alors qu'il tentait d'échapper aux policiers lancés à sa recherche. Flávio Reginaldo dos Santos n'aurait pas participé directement à l'assassinat du journaliste. Il était recherché pour avoir mis le feu, en septembre 2001, à un véhicule de la brigade des stupéfiants dans lequel se trouvait quatre policiers. -------------------------------------------------------------------------------------------------------------- 14.08.2002 - Assassinat de Tim Lopes : Reporters sans frontières extrêmement préoccupée par la mort de deux suspects
 Après la mort, en moins d'une semaine, de deux suspects recherchés pour leur participation présumée dans l'assassinat du journaliste Tim Lopes (photo), Reporters sans frontières s'est dite "préoccupée" par le cours pris par l'enquête. "Alors que l'un des suspects a été tué au cours d'un échange de tirs avec la police lors d'une tentative d'arrestation, nous sommes extrêmement préoccupés par les informations faisant état de la corruption de policiers par les assassins du journaliste", a déclaré Robert Ménard, secrétaire général de Reporters sans frontières. Dans une lettre adressée à Fernando Henrique Cardoso, président de la République, l'organisation a demandé qu'une enquête approfondie soit menée sur les circonstances de la mort des deux suspects et notamment celle de Mauricio de Lima Mathias, tué lors d'une tentative d'interpellation. "Il serait scandaleux que des éléments de la police contribuent à maintenir ce crime impuni", s'est inquiété Robert Ménard, rappelant que "ce crime odieux a suscité la profonde indignation de la société brésilienne comme de la communauté internationale". Reporters sans frontières a également demandé à être tenue informée des résultats de l'enquête sur la corruption présumée de fonctionnaires de police par Elias Pereira, le chef de la bande qui a exécuté le journaliste. Enfin, l'organisation a exigé que des mesures soient prises pour garantir la sécurité des cinq suspects actuellement détenus dans cette affaire ainsi que celle des témoins. L'un des assassins présumés de Tim Lopes, André da Cruz Barbosa, alias "André Capeta" (André le Diable), a été tué d'une balle dans la tête le 13 août 2002. Selon la police, le malfaiteur se serait suicidé. Elle n'écarte pas également qu'il ait pu être abattu par une bande rivale ou un membre de sa propre bande. D'après Aldney Zacharias Peixoto, un représentant du ministère public, Cruz Barbosa aurait pu être considéré comme un homme qui en savait trop et exécuté par des policiers véreux traditionnellement payés par sa propre bande pour assurer sa protection. Le 8 août, un autre suspect dans la mort du journaliste, Mauricio de Lima Mathias, avait déjà été tué par balles alors que la police tentait de l'arrêter dans le bidonville de Vigario Geral (nord de Rio), où il se cachait. Il avait été mis en cause dans la mort du journaliste par d'autres suspects et faisait partie des quatre personnes recherchées par la police dans cette affaire. Selon l'Agence France-Presse, la police a récemment reçu un appel anonyme affirmant qu'Elias Pereira, alias "Elias Maluco" (Elias le fou), le chef de la bande de trafiquants de drogue qui a exécuté le journaliste, "aurait versé 600 000 reals (200 000 euros) à des policiers véreux pour qu'ils le laissent tranquille". Une information démentie par Francisco Bras, le commandant de la police militaire. Cependant, Roberto Aguiar, secrétaire à la Sécurité publique de Rio de Janeiro, a déclaré "qu'il était très possible qu'Elias Maluco puisse bénéficier de la protection de certains policiers corrompus". Cinq fonctionnaires feraient actuellement l'objet d'une investigation. Dans le cadre de l'enquête sur la mort de Tim Lopes, deux suspects sont toujours recherchés : Elias "le fou" et Renato Souza Lópes, alias "Ratinho" (Petit rat). Selon le quotidien O Globo, un juge a décrété, le 9 août, le placement en détention préventive des cinq suspects arrêtés dans cette affaire. Il s'agit d'Elizeu Felício de Souza, alias "o Zeu", Angelo Ferreira da Silva ("o Primo"), Reinaldo Amaral de Jesús ("Kadê" ou "Cabê"), Fernando Sátyro da Silva ("o Frei") et Claudino dos Santos Coelho ("Xuxa"). Cette décision a été prise à la demande des deux juges d'instruction en charge du dossier, Vivian Tavares Henriques et Patrícia Mothé Glioche, afin d'éviter qu'ils ne soient libérés. Les cinq hommes sont poursuivis pour "vol", "trafic de drogue", "homicides" et "occultation de cadavre". Tim Lopes, de la chaîne TV Globo, a été abattu dans la nuit du 2 au 3 juin alors qu'il enquêtait dans un bidonville de la banlieue de Rio de Janeiro, Vila del Cruzeiro, sur le recours à la prostitution infantile par les trafiquants de drogue. Le journaliste a été identifié par les trafiquants alors qu'il prenait des images avec une micro-caméra. Selon deux des suspects déjà arrêtés, il a été torturé puis achevé à coups de sabre par le baron local de la drogue, Elias le Fou, avant d'être brûlé. Le 5 juillet, des restes humains retrouvés dans un cimetière clandestin de la favela de Grota (Rio de Janeiro) ont été formellement identifiés comme étant ceux de Tim Lopes. Consulter le communiqué précédent