Actualités

31 août 2006 - Mis à jour le 20 janvier 2016

Alors qu'un journaliste est condamné par le TPIY, Reporters sans frontières publie un rapport intitulé “Pourquoi faut-il s'inquiéter : les leçons des précédents au TPIR”


Josip Jovic, rédacteur en chef du journal Slobodna Dalmacija a été condamné le 30 août, par le TPIY, à 20000 euros d'amende. Reporters sans frontières saisit cette occasion pour publier un rapport qui analyse les relations complexes entre tribunaux internationaux et médias.
Alors qu'un journaliste vient d'être condamné à une amende par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY), Reporters sans frontières publie un rapport sur les relations parfois difficiles entre les journalistes et les tribunaux internationaux. Ce document revient notamment sur les affaires qui ont opposé des médias au Tribunal pénal international pour le Rwanda (TPIR). Josip Jovic, rédacteur en chef du journal Slobodna Dalmacija, a été condamné le 30 août 2006, à 20 000 euros d'amende par le TPIY, pour avoir dévoilé qu'un témoin protégé, en l'occurence le président croate Stipe Mesic, avait été entendu pendant le procès du général croate de Bosnie Tihomir Blaskic, en 1997. Par ailleurs, le 4 août 2006, Domajov Margetic, a été de nouveau arrêté à la demande du TPIY. Le tribunal lui reproche d'avoir publié les noms de 102 témoins protégés sur un site internet. Selon le TPIY, le journaliste s'est rendu coupable d'outrage à la Cour, en transgressant l'interdiction de publier l'identité de témoins protégés appelés en 1997 au procès de Tihomir Blaskic.