Actualités

20 juin 2018

Afghanistan : nouvelle menace des Taliban contre les médias

Reporters sans frontières (RSF) condamne fermement la récente menace des Talibans contre les médias en Afghanistan.

Le 12 juin 2018, le site d’information des Taliban a publié un court communiqué dans lequel ils menacent une nouvelle fois les médias en Afghanistan. Cette menace fait suite au bombardement de Radio la ‘voix Charia’, le 10 juin 2018, l’organe de propagande des Talibans par les forces de la coalition dans la province de Ghazni. Dans leur communiqué, ils avertissent que “les médias financés par les occupants payeront les conséquences du comportement incorrect des Moudjahidines (Taliban) si celui-ci ne cesse pas rapidement.


«Une fois de plus nous mettons en garde toutes les parties – les Etats comme les acteurs non étatiques – impliquées dans le conflit et nous les rappelons à leurs obligations en matière de protection des journalistes, déclare Reza Moini, responsable du bureau Afghanistan de RSF. Les attaques contre des cibles civiles, parmi lesquelles les médias et les journalistes, constituent des crimes de guerre, Désormais, nous demandons des comptes à leurs délégations à l’étranger et notamment au bureau de représentation des Taliban à Doha pour chaque attaque des Taliban contre les journalistes et les médias”.


Ce n’est pas la première menace des Talibans contre les médias. Le 12 octobre 2015, ils avaient qualifié de “cibles militaires” les deux plus grandes chaînes privées du pays, Tolo TV et la chaîne TV1. L’attaque kamikaze contre le bus de la société de production Kabura, dans laquelle ont été tués 7 collaborateurs salariés de Moby Group, le 20 janvier 2016, était « la conséquence » de cette menace. Les Talibans sont des ennemis de la presse et leur objectif est de créer des trous noirs de l’information ce qu’ils ont fait dans les zones qu’ils contrôlent.


Depuis janvier 2016 jusqu’à ce jour, RSF a recensé l’assassinat de 36 journalistes et collaborateurs de médias dans le pays, lors de différents attentats commis par les deux principaux prédateurs de la liberté de la presse, le groupe Etat islamique (Daesh) et les Talibans.


L’Afghanistan est 1118e sur 180 au Classement mondial de la liberté de la presse 2018 établi par Reporters sans frontières