Archives

2015: Moyen-Orient Afrique du nord : les reporters victimes des stratégies de la terreur


La région Afrique du nord/Moyen-Orient demeure l’une des plus difficiles et dangereuses du monde pour les journalistes. Ces derniers y sont en de nombreux endroits pris en étau entre factions, belligérants, groupes radicaux et Etats aux comportements extrêmes, souvent adeptes de stratégies de la terreur. Entre terrorisme et abus de la lutte anti-terroriste, où trouver une place pour le journalisme indépendant ? La liste des entraves à la liberté de la presse, qui comprend les lignes traditionnelles à ne pas franchir - liées à la politique (familles dirigeantes) ou à la religion (blasphème, apostasie), ne cesse de s’allonger.

Dans les zones de conflits ouverts, des combattants entendent créer des trous noirs pour le reportage. La Syrie (177ème) demeure depuis près de quatre ans le pays de la zone où la situation est la plus dramatique, avec des exactions graves quand ce n’est pas barbares. Face à une impunité grandissante et des crises politiques aiguës dans des pays comme l’Irak (158ème, -2), la Libye (164ème, -10) et le Yémen (170ème, -2), exercer le journalisme relève de la bravoure.


Ailleurs, dans des pays “en paix”, en réalité souvent en paix policière, le journalisme est étouffé par des dirigeants qui prétendent maintenir la stabilité de leurs pays. C’est le cas en Egypte (159ème, -1) et au Bahreïn (162ème, +1). En Iran (169ème, +4), le régime continue à incarcérer des journalistes et les médias sont constamment sous pression. Les paysages médiatiques s’assombrissent en Algérie (129ème, -10), avec la fermeture forcée de chaînes de télévision, au Koweït (103ème, -13), après l’adoption d’une loi contre les cyber-crimes, en Jordanie (135ème, +8), où la loi anti-terroriste sert à museler la presse.


La Tunisie (96ème, +30) est le seul pays du monde arabo-musulman à connaître une évolution positive en 2015. Dans un contexte de transition démocratique réussie, des initiatives ont été prises pour réformer le secteur médiatique ces cinq dernières années, même si les défis restent nombreux. Israël (101ème) et le Liban (98ème) se situent également en tête du classement régional avec une presse plutôt libre.