Archives

2015 : L’Europe menacée par ses démons et ceux du monde


La tendance amorcée en Europe lors du Classement 2015, à savoir une érosion du modèle, tend à se confirmer en 2016 : détournement du contre-espionnage et de la lutte contre le terrorisme, adoption de lois permettant une surveillance à grande échelle, augmentation des conflits d’intérêts, mainmise de plus en plus grande des autorités sur les médias publics et parfois privés, le continent où la liberté de la presse est en moyenne la plus grande ne s’illustre pas par une trajectoire positive.

La Pologne (47ème, - 29) enregistre une chute spectaculaire au Classement, du fait de la volonté affichée de Varsovie de “repoloniser” la presse et de la loi donnant tous les pouvoirs au gouvernement pour nommer et révoquer les responsables de la télévision et la radio publiques, concrétisée au début 2016. En Hongrie (67ème), le gouvernement a la main sur le Conseil des médias, chargé non seulement de faire respecter la “moralité publique” et la “dignité humaine” mais en plus de les définir…


Le manque d’indépendance de l’information, notamment à la faveur de l’accaparement par de grands groupes aux activités diverses, est une menace grandissante, quoiqu’ancienne, pour le modèle européen. C’est le cas en France (45ème), où une poignée d’hommes d’affaires ayant des intérêts extérieurs au champ des médias finissent par posséder la grande majorité des médias privés à vocation nationale. La Bulgarie (113ème, - 7), dernière du classement de l’Union européenne, voit la plupart de ses médias contrôlés par des hommes politiques et des groupes d’intérêts. Le contrôle des médias par le biais de la publicité d’Etat participe également à museler la presse en République de Macédoine (118ème).


Au Royaume-Uni (38ème, - 4), la police recourt au Regulation of Investigatory Powers Act (RIPA) pour porter atteinte au secret des sources, alors que les intrusions policières ayant le même objectif se multiplient en Italie (7ème, - 4), pays où les menaces mafieuses sont récurrentes. Les Etats du sud-est de l’Europe ne sont pas épargnés : on dénombre des agressions physiques en Croatie (63ème, - 5) et en Serbie (59ème), où des journalistes ont été victimes, entre autres, d’une prises d’otage et d’une attaque au cocktail Molotov. Certaines exactions contre les journalistes sont directement liées à la montée des nationalismes, comme les menaces de mort proférées en Suède (8ème, - 3) ou les cas d’agressions physiques lors de manifestations hostiles aux musulmans en Allemagne (16ème, - 4). Enfin, c’est sur le territoire européen, à Paris, qu’a été commis le 7 janvier 2015 l’attentat contre Charlie Hebdo, qui aurait été commandité depuis le Yémen. L’Europe est aussi victime des démons du monde.