Le journalisme fragilisé par l’érosion démocratique

La publication de l’édition 2017 du Classement mondial de la liberté de la presse par Reporters sans frontières (RSF) révèle que les violations de la liberté d’informer sont de moins en moins l’apanage des seuls régimes autoritaires et des dictatures. En démocratie aussi, cette liberté a priori acquise s’avère de plus en plus fragile. A force de propos nauséabonds, de lois liberticides, de conflits d’intérêt et même de coups de matraque, les régimes démocratiques multiplient les accrocs contre une liberté qui est en principe l’un des principaux indicateurs de leur bon fonctionnement.