Le directeur de publication du Canard déchaîné libéré après avoir purgé une peine de huit mois de prison

Le 18 février 2003, Abdoulaye Tiémogo, directeur de publication du Canard déchaîné, a été libéré après avoir purgé sa peine de huit mois de prison. Joint par Reporters sans frontières, il a déclaré souhaiter "continuer son journal", tout en affirmant que, dorénavant, il serait plus "prudent" dans ses publications. Le journaliste avait été arrêté le 18 juin 2002, par la police judiciaire de Niamey, à la suite d'une plainte déposée par le Premier ministre, Hama Amadou. Abdoulaye Tiémogo avait été condamné pour "diffamation et injures" après avoir publié de trois articles très critiques, dans lesquels il accusait le Hama Amadou de chercher à corrompre le président de l'Assemblée nationale afin de conserver son fauteuil de Premier ministre. Le directeur de publication de l'hebdomadaire Le Canard déchaîné avait déjà été inculpé, le 19 octobre 2001, par le tribunal de première instance de Niamey après avoir critiqué le ministre de l'Agricuture, Wassalké Boukari, impliqué dans une affaire de corruption. Reporters sans frontières rappelle que la radio Nomade FM, qui émet dans la région d'Agadez (1000 km au nord-est de Niamey), est fermée depuis le 11 février 2003. Les autorités ont accusé la radio "d'incitation à la rébellion" pour avoir donné la parole à deux anciens rebelles dans une émission intitulée "L'invité de l'Aïr". Le 17 février 2003, l'organisation avait exhorté les autorités à tout mettre en œuvre afin de lever l'interdiction qui pèse sur Nomade FM et permettre à ses journalistes d'exercer librement leur métier.
Publié le 25.02.2003
Mise à jour le 20.01.2016