News

November 7, 2017 - Updated on November 9, 2017

Russie : le rédacteur en chef d’un journal indépendant emprisonné à Kaliningrad

www.rudnikov.com
Reporters sans frontières (RSF) dénonce fermement la violente arrestation du journaliste indépendant Igor Roudnikov à Kaliningrad. Célèbre dans l’enclave russe occidentale pour ses investigations sans concession, le rédacteur en chef de Novye Kolesa a été placé en détention provisoire le 3 novembre 2017 dans une affaire qui suggère fortement une vengeance politique. RSF demande la libération du journaliste et dénonce une tentative de fermer l’un des seuls médias indépendants de la région.

Читать по-русски / Lire en russe


Les forces spéciales ne s’y seraient pas pris autrement pour appréhender un dangereux criminel : les médecins qui ont examiné le journaliste Igor Roudnikov, victime d’un malaise quelques heures après son arrestation le 1er novembre, ont constaté qu’il avait un bras cassé et plusieurs contusions. Les agents du FSB sont pourtant revenus le chercher à 2 heures du matin à l’hôpital pour aller perquisitionner son domicile, avant de le déférer au petit matin, en sous-vêtements, devant l’enquêteur. D’une santé fragile après deux tentatives de meurtre à son encontre en 1998 et 2016, le journaliste et élu local a été placé en détention provisoire pour au moins deux mois dans la soirée du 3 novembre. Des hommes masqués et en tenue de camouflage ont également perquisitionné la rédaction de son hebdomadaire, Novye Kolesa.


Igor Roudnikov est accusé d’avoir fait chanter le général Viktor Ledenev, responsable local du Comité d’enquête, l’institution en charge des crimes les plus graves. Il risque jusqu’à 15 ans de réclusion criminelle. La cofondatrice de Novye Kolesa, Svetlana Berezovskaïa, a été arrêtée au terme d’une rencontre avec le général qui venait de lui remettre 50 000 dollars dissimulés dans un paquet de documents. Elle a rapidement été relâchée avec le statut de témoin. La défense met en avant de nombreux vices de procédure et l’absence de toute preuve d’extorsion de fonds. Les collègues des journalistes voient dans cette affaire un piège tendu par Viktor Ledenev pour se débarrasser d’Igor Roudnikov, qui l’avait mis en cause pour corruption : Novye Kolesa avait notamment révélé que le général serait le propriétaire d’un luxueux manoir non déclaré.


“De trop nombreux éléments suggèrent que les accusations portées à l’encontre d’Igor Roudnikov cachent une tentative brutale de fermer l’un des seuls médias indépendants de la région, déclare Johann Bihr, responsable du bureau Europe de l’Est et Asie centrale. Nous demandons la libération immédiate du journaliste, l’abandon des poursuites et l’ouverture d’une enquête sur les violences dont il a fait l’objet au cours de son arrestation.


Par ailleurs député à l’assemblée régionale, Igor Roudnikov est une personnalité réputée localement pour son combat contre la corruption et les détournements de fonds publics. Créé en 1995, le journal Novye Kolesa est habitué aux pressions de tous ordres : poursuites judiciaires, descentes de police… sans compter deux tentatives d’assassinat contre son fondateur. La plus récente date de mars 2016 : Igor Roudnikov avait été poignardé à cinq reprises, en plein jour, au centre de Kaliningrad. L’un de ses assaillants, un ancien policier, a été condamné en juin à un an et demi de prison pour “coups et blessures”. Ce jugement a été cassé en appel et l’affaire requalifiée en “tentative de meurtre”. La victime et ses collègues réclament qu’elle soit requalifiée en “tentative de meurtre contre une personnalité politique ou publique”, un chef d’accusation plus grave qui retirerait le dossier des mains du comité d’enquête local.


La Russie occupe la 148e place sur 180 pays au Classement mondial 2017 de la liberté de la presse, publié par RSF.