Condamné pour avoir diffusé une caricature sur Facebook

Reporters sans frontières dénonce la condamnation, le 10 mai 2010, par un tribunal d'Eskisehir, situé au nord-ouest de la Turquie, de l'étudiant Erdem Büyük, à onze mois de prison avec sursis pour avoir posté, sur son profil Facebook, une caricature du maire de la ville d'Eskisehir, Yilmaz Bûyükersen. "Erdem Büyük fait ici figure de bouc émissaire. Il n'a été qu'un vecteur puisqu'il a transmis un dessin, mais n'est même pas l'auteur de la caricature. C'est une atteinte à la liberté d'expression destinée à servir d'exemple et à inciter les utilisateurs des réseaux sociaux à l'autocensure. Par ailleurs, nous sommes étonnés de l'acharnement de ce maire, qui, en tant que personnalité publique, s'expose à la critique et à la satire. Cela semble d'autant plus indécent qu'il est lui-même un ancien caricaturiste et que le dessin visé n'incite pas à la violence", a déclaré l'organisation. Etudiant en économie à l’université d’Osmangazi, Büyük a été condamné pour "atteinte à la personne" d'après l'article 125 du code pénal par la quatrième chambre du tribunal de police. L'étudiant de vingt-deux ans a partagé une caricature, pratique courante sur Facebook. Son avocat a déclaré vouloir faire appel devant la Cour européenne des droits de l'homme. Büyük a déclaré aux journalistes avoir été interpellé à son domicile, il y a un an puis libéré, en attente de son procès, après avoir subi un interrogatoire. Condamné, il ne comprend pas ce verdict : "J’ai partagé cette caricature parce qu’elle me plaisait vraiment. Mon intention n’était pas d’attaquer la personne du maire", a-t-il déclaré à la presse. Plusieurs milliers de sites sont aujourd'hui bloqués en Turquie dont YouTube. Des net-citoyens ont été condamnés à des peines de prison pour s'être exprimés sur la Toile. La Turquie a été ajoutée à la liste des "pays sous surveillance" par Reporters sans frontières dans son rapport sur les "Ennemis d'Internet" publié le 11 mars 2010.
Publié le 14.05.2010
Mise à jour le 20.01.2016