Libérez les prisonniers de conscience

La FIDH et Reporters sans frontières lancent aujourd'hui une campagne pour la libération immédiate de tous les prisonniers d'opinion en Iran. Le 12 juin marque le premier anniversaire des élections présidentielles en Iran. Tout le monde garde en mémoire les manifestations populaires qui les ont suivies pour dénoncer un scrutin inéquitable et des résultats falsifiés. Ces manifestations massives, les premières de cette ampleur depuis la révolution islamique de 1979, ont été réprimées dans le sang. Plusieurs dizaines de manifestants ont été tués, plusieurs milliers de personnes ont été arrêtées dans tout le pays, la torture a été pratiquée de manière quasi-systématique à l’encontre des personnes arrêtées – de nombreux cas de viols ont notamment été rapportés. À l’occasion de ce triste anniversaire des élections la FIDH et Reporters sans frontières lancent une campagne pour la libération de tous les prisonniers d'opinion en Iran. Nos organisations ont choisi de mettre l’accent sur 41 d’entre eux, leaders d’opinion en Iran, qu’ils soient journalistes, syndicalistes, étudiants, qu’ils défendent les libertés, les droits des femmes, ou prônent une interprétation de l’Islam différente de celle du régime. Certains d’entre eux croupissent en prison depuis plusieurs années, dans l’indifférence générale. L’un deux, Farzad Kamangar, faisait initialement partie de cette liste, mais il a été exécuté le 9 mai dernier, avec d’autres activistes politiques. Ces dernières exécutions visent vraisemblablement à dissuader les Iraniens de manifester à l’occasion du 12 juin 2010. L'appel sera officiellement lancé aujourd'hui par Shirin Ebadi, avocate iranienne et prix Nobel de la paix 2003, lors de la cérémonie de remise du diplôme de Citoyenne d'honneur de la ville de Paris. Signer la pétition Télécharger le dossier de presse
Publié le 10.06.2010
Mise à jour le 20.01.2016